Les Muses du Clavier

Cet atelier fait partie des Matinées Muses à Dauphine qui proposent les vendredis matin de multiples possibilités d’expressions :

EVEIL VOCAL et POLYPHONIE avec Isabelle, CORPS PARLÉ avec Sylvain, CHANTIER MUSE avec Fatimata, CHANTS D’OISEAUX et RONDS en CHANTIER avec Christine, PONT en CHANTIER avec Philippe.

atelier d’improvisation et de LIBÉRATION ÉMOTIONNELLE

Avec :

  • Olivier Anselme, musicien, professeur de piano et de guitare, relaxothérapeute, association psyholistique
  • le piano, qui présente l’avantage d’être abordable, (placement des mains, toucher seul et à plusieurs)

Pour qui ? :

  • 3 à 6 personnes tout public,
  • à partir de 11 ans,
  • issues des ateliers de MUS’E ou non,
  • musiciennes ou non
  • curieuses et ouvertes à l’imprévu

Pour quoi ? :

  • emmener chacun à découvrir son potentiel émotionnel
  • développer un vocabulaire musical progressif par quelques connaissances d’harmonie
  • défricher d’autres espaces expressifs encore inconnus.
  • voir ses schémas limitant et conditionnements afin de vivre pleinement son humanité. 
  • découvrir son état naturel : joie, bonheur, amour, confiance…

Comment ? :

  • par la pédagogie instrumentale,
  • l’improvisation en lien avec l’expression des émotions,
  • l’auto-toucher l’EFT (Emotionnal Freedom Technique) technique de soins psycho-énergétiques, par tapotements sur des points précis d’acupuncture, conduisant à libérer l’énergie bloquée et les émotions négatives,
  • la verbalisation du ressenti.

Où et quand ? :

2 séances de présentation gratuites :

— Vendredi 21 septembre 2018 de 9h30 à 11h, au Dojo : avec Olivier, Sylvain, Christine et Fatimata, dans le cadre du Chantier MUS’E.

— Vendredi 28 septembre 2018 de 11h15 à 12h15, au Dojo : avec Olivier

18 séances Muses du Clavier avec Olivier, de 11h15 à 12h15 :

  • 12, 19 octobre ; 16, 23, 30 novembre ; 14 décembre 2018
  • 11, 18, 25 janvier ; 8 février ; 1, 8, 29 mars 2019
  • 26 avril ; 17, 24 mai ; 7, 14 juin 2019

En alternance avec 10 séances en co-animation du Chantier Mus’e, de 9h45 à 11h15 :

— CLAVIER en CHANTIER – 7 séances avec Fatimata : 5 octobre, 9 novembre, 7 décembre 2018, 1 février, 15 mars, 5 avril, 10 mai 2019

— GRAND CHANTIER – 3 séances de fin de trimestre, réunissant tous les intervenants et participants des Matinées Muses à Dauphine : 21 décembre 2018, 22 mars et 21 juin 2019

Calendrier complet sur le programme de la saison 2018-2019

Tarifs – Adhésion

  • Forfait à l’année pour les 28 séances : 90€ / trimestre
  • Ces activités sont accessibles également en Panaché Découverte de 4 séances multi-ateliers de 60€, renouvelable dans l’année.

Contact

L’art de l’improvisation

Pour la majorité des personnes, l’improvisation s’inscrit dans le temps d’un apprentissage, sous entendant une durée variable pour chacun. Or qu’est ce que l’improvisation sinon la faculté de pouvoir exprimer un sentiment ou une émotion résidant dans l’instant. Car il s’agit bien de cela :  l’instant qui est toujours  « maintenant » ! L’improvisation nous déconnecte du mental qui lui se situe dans le temps passé ou futur, donc dans l’illusion d’une réalité obsolète.Car quand bien même nous pensons au passé ou au futur, nous le faisons à partir de maintenant.

L’improvisation est une porte ouverte vers la seule réalité de notre vie ; l’instant présenté et non l’instant présent qui sous entend l’existence d’un temps passé ou futur. L’enfant n’attend pas de savoir verbaliser afin d’exprimer son contentement, sa peur, sa faim, son désir de tendresse… Celui-ci improvise constamment, et progressivement perdra cette faculté en avançant dans l’âge, pour se retrouver à l’âge adulte en disant : je ne sais pas improviser. La réalité est que quand le mental se tait, l’improvisation emplit l’espace. La musique n’est qu’un prétexte et sert en ce sens de miroir reflétant notre véritable nature !

Ce n’est plus voir le monde tel qu’il est, mais c’est comprendre que le monde est tel que je le vois !

Alors bien sûr, plus nous avons de vocabulaire, plus l’improvisation sera dense et riche, entre le discours d’un enfant de 4 ans et celui d’un académicien, il y a certes une différence, mais il n’y en a pas dans l’intention du message exprimé.

Olivier Anselme Octobre 2015