Corps – Voix – MusicoPhonologie

La voix est indissociable du corps. L’un et l’autre s’écoutent et s’accordent à chaque instant, à la recherche de la justesse, de l’harmonie et de l’aisance du geste vocal, au service de l’expressivité de notre parole et de notre chant.

Accordage relationnel entre écoute des SONS et écoute de SOI

MUS’E propose divers espaces de découverte et d’approfondissement, individuels ou collectifs, afin de prendre soin de la relation à soi, aux autres et à son environnement.

Le corps est le chantier de l’âme où l’esprit vient faire ses gammes

Hildegard Von Bingen

2 intervenants aux approches psycho-corporelles complémentaires :

Isabelle Marié-Bailly

Isabelle Marié-Bailly, médecin phoniatre, chanteuse et musicothérapeute, propose à toute personne, avec ou sans culture musicale, en demande de soin ou pas, d’ouvrir son écoute, d’élargir son champs de perception et de libérer son expressivité.

Prise de conscience sensorielle et émotionnelle de la juste posture physique et psychique dans l’art

  • d’être présent,
  • d’écouter,
  • de se dire soi
  • et d’inter-agir avec son environnement.

Travail personnel et relationnel, simple et approfondi, à la découverte de son Corps-Voix. A la recherche de l’aisance vocale et corporelle dans l’acte de la parole et du chant.

Par : ♥ l’écoute  psycho-thérapeutique, ♠ la thérapie sonore par renforcement de la boucle audio-phonatoire, ♣ la thérapie manuelle en phoniatrie.

Egalement, par les 6 sons chinois reliant vocalisations et mouvements du Qi Gong. Ils sont utilisés en prévention de l’insuffisance respiratoire du Covid19 dans le cadre du Projet Confinement Obésité. D’autres approches psycho-corporelles telles que les méthodes Feldenkreis, Alexander, affinant la perception du mouvement dans sa lenteur.

♥ Psychothérapie à médiation verbale et non verbale, musicothérapie : écoutes musicales apprivoisant le monde sonore. Ecoute empathique des émotions. Ecoute esthétique favorisant l’expression créative.

♠ MUSICOPHONOLOGIE : thérapie sonore par renforcement de la boucle audio-phonatoire à l’aide du spectrogramme et de coques sonores amplifiantes.

L’utilisation du spectrogramme en temps réel permet aux chanteurs, orateurs et personnes dysphoniques de voir leur voix en miroir sonore. Ils peuvent ainsi, par effet feed-back, améliorer leur performance vocale . Ceci en autonomie, après acquisition en “accordage relationnel” ou rééducation orthophonique du fonctionnement du logiciel vocevista.

Une approche originale est proposée par Isabelle Marié-Bailly – phoniatre coordinatrice de l’équipe pluridisciplinaire Acouphène d’Orléans – aux personnes souffrant d’acouphènes ou d’hyperacousie.

Elle est basée sur la reconnaissance, la visualisation sur le spectrogramme et l’émission sonore des fréquences de 100 à 8000 Hz, proches des sons perçus, l’auto-émission de bruits blancs.

Son objectif est d’“apprivoiser” les sensations auditives gênantes

  • en discriminer la hauteur, les harmoniques, l’intensité,
  • amorcer un dialogue avec elles par des jeux vocaux,
  • assouplir l’espace de résonance par des micro-mouvements articulatoires (lèvre, langue, mâchoire),
  • dé-focaliser l’attention, élargir le champs de conscience,
  • établir un bain sonore sécurisant,
  • diminuer ainsi leur impact d’un point de vue émotionnel
  • et améliorer la qualité de vie des personnes au quotidien.

♣ Thérapie manuelle appliquée à la phoniatrie Ostéovox : approche très douce et respectueuse à l’écoute des tensions corporelles, au niveau

  • de la ceinture scapulaire,
  • de l’articulation occipito-cervicale,
  • de toute la sphère ORL,
  • des Articulations Temporo Mandibulaires (ATM),
  • du plancher buccal,
  • des espaces sus et sous hyoïdien,
  • et de la cage thoracique…

Il s’agit, dans un premier temps, d’un soin passif sur table, en musique ou non, en phonation ou non.  Ceci, afin de libérer l’organe phonatoire (poumons, larynx, espaces de résonances) des tensions qui l’emprisonnent, sources de nombreux dysfonctionnements de la sphère ORL, tels que dysphonie, dysodie, acouphènes somato-sensoriels.

Ces exercices corporels peuvent être appris et réalisés en autonomie, associés à des exercices respiratoires et sonores.

Sylvain Guipaud

Sylvain Guipaud, intervenant théâtre et en médiation corporelle, formé en Art Martial Sensoriel *, propose à chacun de contacter son propre art d’être vivant.

L’Art Martial Sensoriel (AMS) est une spécificité de la Pédagogie Perceptive ; il fait partie des Arts martiaux non violents.

L’AMS encourage un lâcher du contrôle mental, à partir d’une stabilité corporelle.

Il propose une pédagogie développant notre perception corporelle et notre capacité d’attention globale.

C’est un art expressif de ses émotions, de ses élans de vie et de sa créativité.

Isabelle et Sylvain avec tous les participants du GRAND CHANTIER, jouent le Conte musical, créé pour la fête de la musique 2019, aux MATINÉES MUS’E

Bibliographie, émissions radio

Je suis la maison du son, ouïe et voix tout entier

Michel Serres

Philosophe décédé récemment, Michel Serres nous offre dans l’ouvrage “Les cinq sens”, une réflexion riche sur le corps et la perception.

Nous entendons par la peau et les pieds. Nous entendons par la boîte crânienne, l’abdomen et le thorax. Nous entendons par les muscles, les nerfs et les tendons. Notre corps-boîte tendu de cordes se voile d’un tympan global. Nous vivons dans les bruits et appels, dans les ondes tout autant que dans les espaces, l’organisme s’érige, se creuse, spatial, large pli ou longue ganse, boîte semi-pleine, semi-vide qui leur fait écho. Plongés, noyés, engloutis, ballottés, perdus dans des répercussions et des retentissements infinis et par le corps les comprenant. Quelque fois dissonants, souvent consonants, troublés ou harmonieux. Résonnent en nous une colonne d’air et d’eau et de solides, espace à trois dimensions, tonne, des tissus et la peau, parois ou plaques larges et longues, et des fils courant leur seule dimension, attaches sensible aux ondes graves, comme si nous réunissions en nous oreille et orchestre, caisse ou cymbale, airain vibrant des percussions, instruments à vent et à cordes, trompes, émission et réception. Je suis la maison du son, ouïe et voix tout entier, boîte noire et retentissement, enclume et marteau, grotte à échos, cassette à musique, pavillon, point d’interrogation errant dans l’espace des messages doués ou privés de sens, émergé sur ma propre conque ou noyé sous les vagues des ondes, je ne suis que creux et note, je suis tout entier creux et note mêlés. […] Le corps se souvient de sa vieille vie aquatique en se dirigeant par automatismes et volonté parmi les ondes. L’humanité par bancs, nage dans ces eaux.

Michel Serres, Les cinq sens, Grasset, 1985, p.149-150

Acouphène  : Au début, c’est un bruit lointain mais déchirant ; comme le sifflet étouffé d’une locomotive, la sirène d’un navire dans le brouillard. Désagrément pour être franc très supportable si cette plainte ne donnait pas l’impression de jouer avec l’auditeur, de prendre malin plaisir à le torturer. Peu à peu il s’assourdit, s’amenuise, lentement s’évanouit, bientôt semble prêt à s’éteindre. Et au moment même où on s’apprête à prononcer un ouf de soulagement, il repart, sans violence, toujours aussi doux, aussi sournois, avec en fond une mélopée à peine audible comme le souvenir d’une musique usée par le temps.

Erik Orsenna, Briser en nous la mer gelée, Gallimard, 2020