Vivre dans un contexte de crise sanitaire comme celle du Coronavirus se révèle un bien difficile exercice pour garder confiance et trouver des réponses adaptées en faisant preuve de sérendipité.

MUS’E souhaite apporter à chacun du soutien et de la joie pour cette saison 2020-2021 bien particulière où nous fêterons nos 30 ans.

Partageons nos talents!

Comme lors du précédent confinement, cette page vous est ouverte. Vos textes, chansons, photos, vidéos sont les bienvenus !
Quand j’ai le cœur 

Quand j’ai le cœur poète 
Je ressens des frissons 
Je veux faire la fête 
Chanter à l’unisson 

Quand j’ai le cœur chamade 
Quand le temps dilaté 
Déverse en cavalcade 
Son air d’éternité 

Quand j’ai le cœur en pièces 
Un puzzle compliqué 
Je veux qu’un monde en liesse 
Vienne me remonter 

Quand j’ai le cœur en flamme 
Tout est grand, tout est vif 
L’amour touche mon âme 
Et mes jours sont festifs 

Quand j’ai le cœur si ample 
En état de confort 
Je peux donner l’exemple 
Distribuer réconfort 

Quand j’ai le cœur si sage 
Alors mon cœur entier 
Devient un paysage 
Que je veux partager… 

Le 13 décembre 2020 – Sylvie « On ne voit bien qu'avec le cœur.
L'essentiel est invisible pour les yeux. » (Antoine de Saint-Exupéry)

LES OIES ONT DES VOIX 

SI TU PENSES QU’A DANSER
SI TU PENSES QU’A BOUGER
METS TES MAINS DEVANT
FAIS GAFFE A TES PIEDS

UN PAS SUR LE COTE
C'EST PAS COMPLIQUE
VAS Y LANCE TOI
DANS LE PAS DE L'OIE

CA Y EST T’AS COMPRIS
PAS DE LOI POUR CA
C'EST PAS COMPLIQUE
DE CHANTER

C'EST PREVU COMME CA
TOUT LE MONDE REPRENDRA
LE SCAT DE L OIE
ET VOILA

[ SEQUENCE SCAT ]

APRES CE JEU
JEUX DE VOIX
JARD HEUREUX
COMME AUTREFOIS

FAITES UN VOEU
COMME IL SE DOIT
D'ETRE HEUREUX
J'ADORE CA
CONFIE L'OIE

Plume et musique : Didier, Décembre 2020 
Mise en V'oies en atelier EVEIL VOCAL du 11 décembre 2020
tout donner à la vie
tout donner pour grandir
respecter mes envies
me laisser resplendir

tout donner à la vie
et marcher pour savoir
plus rien ne me dévie
quand je vibre d’espoir

tout donner à la vie
les bonheurs, les chagrins
c’est LA philosophie
inventer son refrain

et la vie est si grande
quand j’ouvre tout mon cœur
et la vie me demande
que j’apaise mes peurs

(tout donner à la vie - tout donner à la vie)

tout donner quand la pluie
tombe et frappe le sol
alors quand je m’ennuie
je peins la clé de sol

tout donner quand je chante
mes folies, mes passions
mes détresses troublantes
le feu des émotions

loin du champ de bataille
je construis mon chemin
de la joie en pagaille
l’amour qui fait du bien

tout donner sans comprendre
à vous qui me lisez
tout donner sans reprendre
pour vous apprivoiser

(tout donner à la vie - tout donner à la vie)

tout donner en partage
que chacun ait sa part
et tourner cette page
pour un nouveau départ

tout donner en conscience
que la lumière soit
tout donner en partance
et quand je t’aperçois

tout donner à ton être
à ton âme aujourd’hui
ainsi par ta fenêtre
ta détresse s’enfuit

tout donner à ta flamme
que flambe l’univers
c’est ce que je réclame
le plus souvent en vers

(tout donner à la vie - tout donner à la vie)

tout donner à ma vie
pour que j’y reste encor
qu’elle soit symphonie
dans un si beau décor

tout donner aux secondes
malgré l’adversité
pour qu’enfin notre monde
soit université

tout donner à l’horloge
qui scande nos saisons
une maison où loge
un peu plus de raison

et à la galaxie
tout donner, 100 %
tout donner à la vie
tout donner maintenant

(tout donner à la vie - tout donner à la vie)

Le 5 décembre 2020 / Sylvie Tranchant-Rousseau
Vous les mots que je veux tant dire
Comme des briques de maison
Quand j’ai faim de vite construire
Un temple où je perds la raison

Car je veux seulement entendre
Les mots colorés de mon cœur
Je veux caresser et prendre
La sainte clé de mon bonheur

Pendant cette année qui s’écoule
Ce mot là : solidarité
Soutient un monde qui s’écroule
Redéfinit l’Humanité

C’est dans l’épreuve et la souffrance
Que soudain tout devient si grand
Alors je crève le silence
Et dis que la vie me surprend

2020 est une école
Chaque mois est une leçon
Chaque jour est une parole
Chaque seconde a sa façon

2020 nous réinvente
Et on s’adapte à sa rigueur
On bricole, on défait, on tente
On voit des nouvelles couleurs

2020 est un poème
Et on écrit ses rimes d’or
Les vers scintillent de « je t’aime »
Oh ! Tant besoin de réconfort

2020 aussi s’amuse
Et fait danser au fil du temps
Un chant d’amour fou nous diffuse
Un air gai comme le printemps

Même si tout se décompose
Même si la peur nous retient
Je te répète encore : oui, ose
C’est ton bonheur, il t’appartient

Même si tout devient complexe
Nuances de confinement
Ensemble, adoptons ce réflexe :
Vivre plus fort tout simplement !

Sylvie, le vendredi 27 novembre 2020
La pauvreté du vocabulaire, c’est ça la vraie misère. C’est comme peindre avec cinq couleurs alors qu’on peut avoir une palette d’un millier de nuances…. Les mots pourtant, c’est gratuit, on ne peut pas vous les voler. Ce sont des trésors que les gens ne pensent pas à utiliser. Le Miroir de Cassandre de Bernard Werber.

Point de vue

Souffrir. Étouffer. Haïr. Enterrer.
Le confinement n'est pas que le synonyme d'isolement
Il peut donner lieu à du recueillement
Sortir. Respirer. Sentir. Profiter

Mais comment ? Comment le voir autrement qu'en noir ?
Il crée en nous un isoloir, interdisant tout échappatoire
Nous enfermant, sans espoir, dans une vie dérisoire,
Sans plus rien concevoir de jubilatoire...

Comment accepter cette injustice
Et tout ce qu'elle implique de sacrifices
Quand elle joue dans nos cicatrices
Et n'en fait ressortir que des tas d'immondices ?

Changer de point de vue, de regard
Revoir ses priorités, ouvrir ses sens, recevoir
De notre quotidien chaque détail percevoir
Et en voir le positif, qui existe, c'est obligatoire

Vivre ces moments comme une période libératrice
Faire de nous notre meilleur complice
Et ainsi du bonheur en vivre les prémices
Profiter de chaque indice pour embellir notre esquisse

Souffrir. Étouffer. Haïr. Enterrer.
Le confinement n'est pas que le synonyme d'isolement
Il peut donner lieu à du recueillement
Sortir. Respirer. Sentir. Profiter.

Céline, le 22 11 2020

Retrouvailles

Après de si longs jours, après deux si longs mois,
Nous voici de retour; nous avons fait le choix
De nous retrouver ensemble...
L'amitié qui nous rassemble
Pour une nouvelle année
Notre Mus'e bien nommée
Va nous redonner espoir :
Vivre du matin au soir
En confiance chaque jour.
Nous voilà donc de retour
Célébrons ces retrouvailles
Pour de nouvelles...semailles!!

Jeannine. 26 septembre 2020
L’équipe de MUS’E vous invite à jouer avec nous. Et gageons que la “Coco Vide” nous offre encore l’occasion de partager nos humeurs, nos mots, nos créations et de nous soutenir mutuellement !

CocoVide…

Avec la CoVid dix neuf 
Sous le soleil rien de neuf : 
Nous vivons donc sous l'emprise 
D'une autre nouvelle crise! 
Et nous voilà tous reclus...
Les Oies ne cancanent plus. 
On ne se fait plus la bise, 
Une distance est requise 
Pour éviter contagion; 
Drôle de situation... 
Alors chez nous on s'amuse : 
Visitons le site Mus'e!! 
Entre nous plus de contact,
Nous agirons avec tact
Pour nos voisins, pour nous-même, 
Ce qui prouve que l'on s'aime... 
C'est le moment du dicton 
Qui nous donnera le ton : 
"Faire contre mauvaise fortune bon cœur" 
En espérant que reviennent des jours meilleurs ! 
A tous, bises virtuelles!!! 
Bonne continuation, sans... propagation.

Jeannine. CocoVide - le 19/03/2020

MUS’E avec Coco vide : une invitation à choisir la Vie

Tous confinés? Mais pas déconfits! MUS’E et ses intervenants s’adaptent pour que la vie continue!

En dépit du nouveau confinement, nous vous invitons à chanter, en apprivoisant le masque, à improviser et à partager à distance: Des espaces d’expressions par les médiations sensorielles où chacun peut évoquer son propre ressenti des évènements afin d’y apporter un autre regard, mettre à distance les émotions négatives et se libérer des tensions physiques et psychiques. Des temps de pause pour mieux écouter ce qui se joue là, maintenant, un moment de partage avec la liberté de poser ses mots et ses maux, un jeu de miroir où l’on accueille les expressions de l’autre, en confiance. Une proposition de vie, et non de survie… Et dès que possible, en chair et en os et en Voix !

Fêtez avec nous les 30 ans de MUS’E !

Ecoutez les montages sonores des ateliers à distance pendant le confinement de cet automne 2020

Ecoutez les playlist de l’atelier estival MUS’en l’air animé par Héloïse au GEM la Clé

et (re)DÉCOUVREZ LES TEXTES ET CHANSONS CRÉÉS PENDANT LA PÉRIODE DE CONFINEMENT ET DÉCONFINEMENT du printemps 2020 pour

  • chanter à plein poumon ou chantonner à mi-voix …
  • échanger entre nous et concocter une œuvre commune
  • nous donner de la joie, de l’entraide et de l’espérance, de la chaleur!
Laissons-nous entraîner dans le tourbillon de la vie avec le karaoké de la chanson du Baron” inventée par les personnes âgées pour chanter de tout notre cœur!

Et voici de la tendresse, en ce mois de mai 2020 !

Petite réflexion pour petit déconfinement……. De l’excellence du Psaume et de la Voix.

“Chanter le psaume n’est pas seulement chanter de la voix, mais unir la main à la voix sur l’instrument que l’on appelle psaltérion. Veux-tu chanter un psaume ? Non seulement que ta voix fasse retentir les louanges de Dieu, mais que tes œuvres soient d’accord avec ta voix. Si tu ne chantes que de la voix, il y aura des silences, mais que ta vie soit une mélodie sans silences. Que ta voix dès lors se fasse entendre pour stimuler l’oreille, mais que ton cœur ne se taise point, que ta voix ne soit jamais silencieuse….. Si la louange n’est qu’un moment sur ta langue, elle doit être continuellement dans ta vie : faire de ta vie un chant qui ne se taise pas ! Soit que la voix se fasse entendre quand cela est nécessaire, soit que l’on prie en silence, c’est le cœur qui doit parler…” – Saint Augustin – Alors, chantons de tout notre cœur, et…psalmodions, pourquoi pas ? Jeannine, le 14 Mai 2020

Merci Sylvain pour ton Journal d’Humour des vraies fausses nouvelles :


Poème de Jeannine Lacan – mis en musique en Atelier Vocal POLYPHONIE le Vendredi 10 janvier 2020

“Que le nouvel An vous soit favorable                                                                       Ne pensez plus à ce que fut hier…                                                                         

Les beaux jours reviennent après l’hiver,                                                                   en attendant, restez simple et aimable.                                                           Certes, il faut l’être toute l’année                                                                         Savoir garder son calme, son sang-froid                                                       Traverser les épreuves sans effroi                                                                   Devant cette existence ainsi donnée…                                                                   

Le chemin semble long sans espérance                                                                     Le printemps revient après l’hiver                                                                           Ne pensez plus à ce lointain hier                                                                     Sachez dans le temps saisir votre chance!”

Oui, les circonstances ne sont pas favorables,                                                         En attendant mieux, restons zen et aimables !!

Ecoutez la chanson “Derrière les mots, derrière nos voix”, revisitée pour nos 19èmes Journées Voix des 20 et 21 Mars 2020, hélas ajournées, confinées…

.

Bonjour, voici un poème =)  Loin dans l’Âme. Poème du fameux pouet : Pouet. A bientôt =) Alexandre – 20/03/2020

On est tous confinés, à nos lieux domestiques, Pour des vers raffinés, dans un temps élastique, Évadons-nous l’esprit, vers un soleil jaune d’œuf, Dans un ciel épris, tous les Arts du pont Neuf. (Mais lézard ne pond d’œuf, Dupont des Arts m’apprit).

Didier au piano

Merci Didier pour ton poème à mettre entre toutes les mains !
DEUX MAINS SANS SE TOUCHER
INVITÉES A S’ÉVITER
ET A LAISSER DE CÔTÉ
LE CONTACT RAPPROCHÉ
DE DEUX REGARDS PEAUX LISSÉES
MAINS COURANTES MAINTES FOIS SERRÉES
SUCCINCTEMENT SINCÈRES
EVITER DE FRÔLER
FAUT OUBLIER
LE COCO COURT
COMME UN COQ DE BASSE COUR
MAL ÉLEVÉ DONNANT LA FIÈVRE
ET PAS QU’ AUX TÊTES COURONNÉES
PACOTILLE ME DIREZ-VOUS
CE PAUME HAINE NE TIENT PAS DEBOUT
ALORS EN ATTENDANT DEMAIN
FAITES DES PIEDS ET DES MAINS
ET TRÉMOUSSEZ-VOUS
LORS DU LAVAGE DES MAINS
Ecoutez le Poème -chanson bon-anniversaire-didier

Petit poème du jour : exercice de style décoiffant que nous avons mis en musique en atelier éveil vocal a distance

ECOUTEZ NOS COUPS DE CISEAUX VOCAUX

ça s’ appelle “QUOI FAIRE ?”
PEUT ETRE QUE L ÉPITHÈTE
APPARUT AU BOUT D’UN MOIS
SANS COIFFER SANS DÉCOIFFER
SANS COIFFEUR
ET SANS QUOI FAIRE
L ÉPITHÈTE APPARUT
UN MOIS APRES QU ON FINISSE
PAR SE COUPER DE TOUT
APRES TES ANGOISSES
DANS LA GLACE DU MATIN
SUIVIES DE CRIS DE DÉTRESSES
ENVERS TA MÈCHE DE MÈCHE
A MON ENDROIT
ATTAQUE FRONTALE
TEMPO GLACIAL
D’UN CENTIMÈTRE PAR MOIS
RÉALITÉ ESQUIVÉE PAR UN GESTE MACHINAL
FRANGE REBELLE SITUATION DÉLICATE
CRISE PROMISE SITUATION INÉVITABLE
QUE D’ÉPITHÈTES SANS COIFFEURS
ET SANS LEURRES
COUPS DE CISEAUX SALVATEURS
Didier le 8 avril 2020
Ah il faut dire que cette crise arrive comme un cheveu sur la soupe ! Je ne veux pas couper les cheveux en quatre Mais les coiffeurs étant fermés, qui nous les coupe ? Nos touffes, nos boucles me rendent acariâtre J’étais pourtant de mèche avec ma coiffeuse J’avais les cheveux en bataille Elle remettait de l’ordre d’une façon heureuse J’étais une cliente à sa taille ! Angélique, je les ai dans les yeux ! Je vais finir par m’arracher les cheveux ! La crise fait dresser les cheveux sur la tête Je me fais des cheveux blancs : ah il faut que j’arrête !
Merci Sylvie de réagir à nos facéties vocales, où tu es la bienvenue! Mais n’arrête surtout pas de jouer avec les mots, qui, eux sont à ta taille… 😀
Tenez bon ! Pour l’Humanité, Seule compte la Beauté et la Vérité. Cela fait six ans, Que j’ai eu mon AVC : Traumatisme pour moi, Et pour mes proches. Cela fait  bientôt un an, Que Notre Dame a brûlé : Communion universelle mémorable. Maintenant : Coronavirus, Incendie contre nous-mêmes. Tenez bon !
Hors normes Coronavirus, Semaine du cerveau 2020 à Orléans, Multiples répercussions sur les artistes, Sur les associations, Sur les entreprises, Sur l’enseignement, SUR TOUT… Tous handi-capables.
Corona   Couronne, Crown, Krone, Et bien d’autres encore, Dans des langues inconnues… Astronomie, anatomie Cerveau, Respiration. C’est notre confinement, En cette épidémique maladie.
« Notre Dame » Je sais, C’est fort, Mais bon, Quand même ! Calcinée de la tête, Son cœur, riche en émotions, est là, Son corps, moitié en pierre, est toujours là aussi. La nature parle. Les oiseaux chantent de cent mille façons. Alors écoutez ! Les cloches sonnent Et résonnent
Confinement Ce jour 20 mars 2020, Etre à la maison du matin jusqu’au soir Me lever, Manger et Faire à manger, Me laver, Ecouter la radio, Lire, Se détendre par la relaxation, Ecrire, Ecrire, Ecrire. La différence est qu’avant, J’avais à faire cela, Toute seule. Maintenant, J’ai à faire cela, Au milieu de ma famille. Parler, C’est cela le bon côté des choses.
Scrabble Conçu par Butts, Contraint au chômage Par la crise de 1929. Aujourd’hui encore, Confinement pendant des semaines, Ce jeu de société reste De si longs moments A partager ensemble !
Comment bien choisir sa fenêtre dans la maladie ? « La fenêtre, en province, remplace le théâtre et les promenades. » Gustave Flaubert Maintenant, c’est pareil en ville. On est sur la même ligne les provinciaux et les citadins. Tout est calme dans les rues. La fenêtre de chez soi, Est celle qu’on ouvre, Pour voir ou pour se voir, Le matin ou le midi ou l’après-midi ou le soir ou même la nuit, Le jardin ou le quartier ou l’hôpital ou le monde. La fenêtre est celle de nos destins unis.
 PRIORITE HAUTE VIGILANCE Les priorités sont toutes différentes pour nous. Mais néanmoins, La seule priorité De la plus haute importance, Pour moi, Et chacun d’entre nous, Devrait être : Rester à la maison.
  • Virus pandémique Maladie mondiale. Cela ne se voit pas. Pourtant, elle va en se propageant, Sur tous les territoires, Jusqu’à la vague épidémique. Pour les malades et les soignants, Restez chez vous ! Au prix de la sécurité sanitaire mondiale …
  •  
  • Merci Sylvie pour ton texte, qui donne à entendre ta colère ! Mais aussi ton désarroi et ton désir de justice! Comme tu le souhaites, je fais un appel aux musiciens qui souhaiteraient le mettre en musique… “De la Clé à la clé de soi “: continuons à chanter et écouter de la musique pour prendre soin de nous ! 
  • Covid-19
    • Bouffer de la viande au marché de Wuhan                                                Il est vraiment temps de devenir végane                                              Quand la planète Terre connaît une pandémie                                          Enfin la nature se développe dans cette accalmie

      Oh oui c’est le moment de poser ses bagages                                          Quand le voyage de la vie devient un naufrage                                        Un grand mal couronné dans un monde plus tout neuf                              Frappe l’humanité : c’est le Covid-19

      Ce virus insatiable empêche de respirer                                                  On pourrait maintenant s’en inspirer                                                        Pour construire un monde plus humain                                                  Où chacun se respecte : il le faut pour demain

      La Ministre de la Santé se présente à Paris                                              Macron maintient les élections, nous sommes ahuris                                Ces gouvernants sont des escrocs et des criminels                                    Ils ont l’impunité d’un système éternel

      Dans les hôpitaux à la sauce libérale                                                        Les soignants manquent de tout : c’est purement un scandale                  Et tous les soirs quand il est 20 heures                                                    Les français remercient, applaudissent leurs sauveurs

      Bien sûr, les enfants ne vont plus à l’école                                                Ce n’est pas les vacances et ce n’est pas très drôle                                  Il est question de continuité pédagogique                                              Ce Ministère de l’éducation est vraiment démagogique

      A la maison, huis clos, dans le confinement                                          Des bourreaux cognent et violent des femmes et des enfants                    Depuis des millénaires, le dieu Patriarcat                                                  Nous empêche de vivre et impose sa loi

      Le Covid colossal attaque également l’économie                                    Chômage partiel ou total, le virus nous défie                                          Le système injuste partout nous écrase                                                    A quand le revenu universel de base ?

      Pour sortir il faut un papier obligatoire !                                              L’attestation de déplacement dérogatoire                                                Cette secte mafieuse nous flique et nous demande                                  Un document en règle ou alors c’est l’amende
    • Cette pandémie révèle des comportements contraires                                  Il y a partout (c’est heureux) des élans solidaires                                      Mais il y a aussi le retour de la délation                                                        Et des infirmières invitées à quitter leur maison
    • Mal de gorge, toux, fièvre, agueusie                                                          Le virus alimente la nécrologie                                                                Les malades meurent dans l’isolement                                                        Il faut un comité restreint aux enterrements
    • Devant cette maladie, nous sommes tous égaux                                      Nous regrettons la mort de Manu Dibango                                                  Et de tant d’anonymes, nos proches disparus                                              1 million de personnes contaminées : je l’ai lu
    • Et pour les personnes privées de logement                                          Comment se passe alors ledit confinement ?                                            Elles sont confinées dehors et elles manquent de pain                              C’est la double peine et le même refrain
    • Un savant de Marseille propose un traitement                                              Il faut un protocole, on débat longuement                                            Facebook devient un colloque d’épidémiologie                                      J’entends les arguments avec philosophie
    • Et moi je suis là devant tant de misères                                                      Je ne peux vous cacher ma si juste colère                                          J’espère qu’on va apprendre à travers cette épreuve                                   Ah si le monde pouvait faire peau neuve !

      A ma maman qui a été agent de service hospitalier –  Sylvie, le 3 avril 2020 Ah si on pouvait mettre mon texte en musique !!!   

17/04/2020  Merci Sylvain pour votre désopilant trio musical, né à la maison, avec Irène et Théotime: c’est rythmé et plein d’humour …! Encore …!!!

20/04/2020 Voici une chanson “Le journal” composée par notre ami Damien, Mus’Ophile, également!  «Quand la rencontre entre deux générations a lieu autour d’un journal. Quelles nouvelles vont-ils y lire ? Et quand ce journal est prétexte à l’échange, aux questions.» En voici également les paroles: Le journal  Merci Damien.